Relais de Tahla (Bab Louta, Maroc) - Nico & Max de CarpeVadrouille

En cette fin d’année nous vous proposons un récit exceptionnel : une vadrouille ailleurs, plus précisément au royaume des belles écailles, le Maroc. Pour cela nous sommes allés au Relais de Tahla pour tremper nos lignes sur les bord du Lac de Bab-Louta, un lac de barrage de 300 hectares calé dans les montagnes de l’Atlas.

Pour cettMax (gauche) et moi (droite) prêt pour le Maroc !e vadrouille exceptionnelle nous n’étions pas trop de deux et c’est pourquoi Max et moi nous nous sommes donnés rendez-vous afin de profiter ensemble de ce séjour plus que prometteur. Au bout de 6h00 de train pour Max et 2h00 de voiture pour moi, nous nous retrouvons enfin à Beauvais.

Arrivés à Fès, Maroc3h00 de vol et nous voilà arrivés à l’aéroport de Fès et malgré l’heure tardive nous sommes accueillis par Babeth et Nawel du relais de Tahla qui nous prennent en charge et nous conduisent en direction du Lac.

A peine 1h30 de route et nous voilà dans notre chambre au relais, la nuit est déjà bien entamée mais pourtant le sommeil a du mal à nous emporter, on discute longuement de la pêche qui nous attend le lendemain.
Au petit matin,nous voilà frais et dispos. Un petit déjeuner marocain nous attend pendant que l’équipe du relais prépare notre matériel pour la pêche.
Un long regard autour de nous et la magie des lieux opère : des montagnes aux couleurs ocres et une superbes végétation. Le relais se situe dans une baie et une pointe en face attire notre attention puisque nous y voyons plusieurs poissons sauter.

La vue au petit matin... 1er jour.

Nous décidons donc de nous installer en face du relais pour pouvoir pêcher le milieu du lac et les deux côtés de cette pointe. Nous somme déposés sur les lieux avec Driss qui sera notre guide et qui nous accompagnera tout au long de notre pêche. L’installation se fait très rapidement grâce à l’équipe et nous pouvons partir avec le bateau pour sonder toute notre zone de pêche. Quelques heures plus tard, les cannes sont posées. Nous pêcherons une grande zone à environ 130 mètres où nous plaçons 4 cannes puis un spot d e chaque coté du campement avec un amorçage au spot. La nuit tombe ,Driss nous a préparé un super feu de camp et le repas arrive chaud sur notre poste. Il est l’heure de se détendre et de profiter de la super cuisine marocaine de Kenza.

Les repas font parties intégrantes de la prestation du Relais

Nous avons très bien mangé sur place à Bab Louta

Pour cette nuit nous enregistrons 4 départs qui nous permettent de mettre au sec 3 poissons. Dans la matinée nous aurons d’autres départs, mais l’impression de pêcher sur une forêt se fait de plus en plus pesante… En effet à chaque départ les poissons vont se mettre dans des souches et nous cassons très souvent.

Moi (Nico) avec une petite carpe du Lac de Bab Louta

6.Photo 6Dans l’après midi, Driss nous indique qu’il y a une zone plus intéressante au pied du barrage et que le poisson y est plus gros. Afin d’assurer un plan B, Max part avec Driss pour sonder, repérer et agrainer la zone en vue d’un départ le lendemain. Les départs continuent de s’enchaîner mais malheureusement les casses également et les prises ne sont pas à la hauteur.Nous décidons donc de lever le camp au petit matin pour partir sur la zone du barrage.
Le matin l’équipe du Relais nous vient en aide et nous permet de ranger le matériel rapidement. De retour à notre chambre nous prenons une bonne douche chaude et un petit déjeuner pendant que Driss achemine tout le matériel au barrage, cette fois nous rejoindrons le poste en voiture.

En arrivant sur le poste, Dris avait déjà installé les bivys, il ne nous restait plus qu’à déposer les cannes. Un spot grand comme un terrain de football a été agrainé la veille : un beau plateau où nous plaçons 4 cannes relativement éloignées et comme sur le poste précédents deux spot de chaque côtés.
Le résultat ne se fait pas attendre car 3 poissons viendrons rejoindre le tapis en seulement 1h00 dont un doublé de communes.

La remise en cause a été payante !

Notre guide et désormais ami, DrissL’après-midi est un enchaînement de départ ! Nous avons à peine le temps de déposer les lignes qu’une autre déroule ! Nous organisons un roulement quand Max dépose je prend le poisson et inversement, toute les heures. C’est du sport et quoi de mieux qu’un bon barbecue au feu de bois pour reprendre des forces. C’est l’occasion d’un super moment, le feu de bois, le calme, et l’ambiance avec les locaux nous permettent de passer une fin de journée inoubliable avec des gens formidable. Une vraie leçon de vie. Nous échangeons sur les différences entre nos techniques de pêches puis on en vient à montrer les photos du pays, de nos familles. Les barrières de la langue ne nous empêchent pas de rire à gorges déployées et de lier des liens forts : l’amitié entre pêcheurs n’a pas de frontière !

La nuit aura été productive et j’ai même le droit de remonter une des fameuse « fully » marocaine, une grande joie pour moi et un des poissons les plus beaux que j’ai eu l’occasion de pêcher… Nous pêchons uniquement à la bille ce qui nous permet de sélectionner le poisson et faire monter la moyenne de nos prises. Pour ma part j’utilise une valeur qui a déjà fait ses preuves sur les lacs marocains : Pinneaple.

Max à Bab Louta (Maroc)Moi à Bab Louta (Maroc)

Le reste de la session sera un copié/collé de la veille avec un enchaînement de départs et des écailles toutes plus belles les unes que les autres. Nous décidons de replier le campement le dimanche soir afin d’accepter l’invitation à pêcher le Black bass et le très bon repas qui nous attend au relais.
Nous passons une soirée mémorable avec Babeth et tout le personnel du relais, côte de bœuf à la cheminée, bon vin marocain et histoires locales, on se sent vraiment comme à la maison et les soucis de la France nous paraissent bien loin. Il faut dire que le relais met les petits plats dans les grands lorsqu’il accueille des pêcheurs et toute l’équipe est au petit soin pour nous.

Accueil, calme, repos, dépaysement... notre vadrouille à Bab Louta fut mémorable !

Le bilan de cette session est plus que positif puisque malgré notre mauvais choix de poste à notre arrivée, nous avons pu sauver la pêche grâce à une décision prise ensemble. Pas moins de 50 poissons auront été mis au sec dans un décor extraordinaire.
Concernant les prestations, nous n’avons rien à redire, de la prise en charge à l’aéroport en passant par les repas, l’équipe du relais est à l’écoute et à notre départ nous avons eu des embrassades et accolades. Nous nous sommes vraiment fait des amis et l’envie de revenir dans ce paradis de la pêche nous trotte déjà dans la tête.

Merci Driss pour tes conseils et ta bonne humeur !

Tout commentaire envoyé doit être construit et décrire au mieux votre expérience. Tout commentaire abusif ou mettant 5 étoiles à tous les critères sans aucune justification rédactionnelle se verra supprimé.

Laisser un commentaire